Numérique. Les structures publiques poursuivent leur transition

Plusieurs initiatives de digitalisation des services publiques révèlent que la mise en œuvre de la politique du « tout numérique » avance au pays.

« L’économie numérique est un véritable accélérateur de croissance, en plus d’être une véritable niche d’emplois nouveaux pour notre jeunesse. Nous devons pouvoir en tirer avantage pleinement. Le Gouvernement, dans son organisation, accordera à ce secteur toute l’attention méritée. » C’est en ces termes lors de son discours du 31 décembre 2015 que le président Paul Biya donnait l’impulsion au plan stratégique « Cameroun numérique 2020 ». Un plan qui tient sur 3 quelques piliers essentiels ; le développement des infrastructures de communication large bande, l’accroissement de la production et l’offre des contenus numériques, la transformation numérique des administrations et des entreprises, la dématérialisation des services publics entre autres. À Deux années de l’évaluation du « Cameroun numérique 2020 » les projets d’arrimage au numérique se multiplient. Dans la continuité du don de 500.000 ordinateurs effectué par le Président Paul Biya au bénéfice des étudiants, Le Ministère de l’enseignement supérieur et Orange Cameroun ont mis sur pied un cadre de collaboration.

Le 27 avril 2018, le Pr Jacques Fame Ndongo, ministre de l’Enseignement Supérieur et  Fréderic Debord, directeur général d’Orange Cameroun ont signé un accord-cadre qui vise à développer des solutions innovantes et fiables pour améliorer la connectivité de toutes les universités d’Etat au réseau des réseaux et une meilleure appropriation des services qu’il propose.  Le cahier de charge de l’opérateur de téléphonie mobile prévoit : la fourniture des produits internet à des couts avantageux pour les étudiants, la digitalisation des services de paiement pour limiter les tracasseries, le développement des solutions pour améliorer le « e-learning », des séminaires d’information et de formation sur les tendances numériques.  L’objectif final étant de créer de la valeur ajoutée au sein de ces institutions pour la formation d’une main d’œuvre qui s’intègre facilement dans l’écosystème du « tout numérique ».

Dématérialisation des offres et services

Du côté des administrations, l’enjeu de la transition numérique est certainement l’amélioration de l’efficience et la réduction des coûts. Ce sont les objectifs que vise la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale qui a signé le 26 avril 2018 à Douala, une convention de partenariat avec l’opérateur de téléphonie mobile MTN. Ainsi, La CNPS pourra désormais régler en masse des allocations et des prestations familiales aux usagers via le service financier sur mobile, développé par MTN. Cette mutation passe aussi par le développement des infrastructures. En 2017, 4000 km supplémentaires de câble à fibre optique ont été déployés au Cameroun portant le linéaire total à 12.000km. Des méga-infrastructures que le gouvernement va compléter par la mise à niveau du matériel informatique dans ses administrations. En 2015, des statistiques officielles faisaient état d’un taux moyen de pénétration en ordinateurs dans les services centraux des ministères et de certaines administrations et institutions de 42%, soit 42 ordinateurs pour 100 personnes. Le débit moyen de l’Internet par Administration étant de 4 Mb/s, soit environ 1,55Kb/s par tête. Des statistiques encore perfectibles pour la réussite du plan stratégique « Cameroun numérique 2020 ».

Bell Josué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

3 × 2 =