Présidentielle 2018. Un concept pour impliquer les citoyens à l’observation électorale

Sous l’appellation « Observateur d’un jour », l’initiative est portée par Guibaï Gatama, journaliste et membre du Conseil national de la Communication.

Olivier BOKALE

« Il n’y a pas meilleur observateur que le citoyen lui-même ». C’est ce que s’est attelé à expliquer Guibaï Gatama, Directeur de publication du trihebdomadaire L’œil du Sahel. Ce journaliste et non moins membre du Conseil national de la Communication nommé par décret présidentiel est le promoteur du concept « Observateur d’un jour ». L’initiative a été présentée ce 27 septembre à la communauté nationale et internationale. Dans le fond, il était question de présenter le rôle du citoyen dans la société au moment où le Cameroun devra choisir le 7 octobre prochain son président pour les sept prochaines années. En fait, le citoyen est un acteur et non spectateur de l’évolution et de la bonne marche de la Cité. Non seulement il participe au processus d’écriture de l’histoire, celle politique davantage. Et parce que le 7 octobre prochain, « tous ensemble, journalistes et citoyens, nous devons contribuer à faire voir, faire entendre de manière à com- prendre in fine ». Ce qui passera par « Observateur d’un jour ».

Concrètement, il sera question de faire, vivre en photos ou en vidéos, l’élection dans les différents bureaux de vote et autour, sur la page Facebook de celui qui soutient s’être inscrit dans une démarche citoyenne depuis quelques années. « L’objectif c’est de montrer aux Camerounais partout où ils se trouvent, ce qui se passe ailleurs. C’est un challenge citoyen. Nous le faisons pour la citoyenneté mais nous devons travailler dans des cadres de la loi, des textes parce que c’est une citoyenneté responsable », a expliqué celui qui était à la tête du collectif « Unis pour le Cameroun ».

Pour ce dernier, il était important de préciser qu’il ne s’agit pas ici de défier le gouvernement mais simplement amener le citoyen à être acteur du processus. C’est de dire aux citoyens, vous pouvez vous-mêmes agir lors de ce scrutin. Au-delà d’aller voter, vous pouvez vous-mêmes rendre ce moment historique, le marquer par l’image. Pour être pratique, tout se passera comme si des gens se partageaient des photos. Sauf que là, il y a une plate-forme où nous disons, partageons nos photos pour que nous puissions nous faire une idée de l’élection. Nous sommes dans une politique de petits pas. Il fallait partir de quelque part mais « Observateur d’un jour » ne va pas seulement se limiter à observer le scrutin. On peut observer la CAN 2019 et pleins d’autres événements. Ce concept il faut le rattacher à un minimum de crédibilité », a martelé le Directeur de publication du journal L’œil du Sahel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quinze + seize =