Compagnie d’hydrocarbures. La SNH numéro Un en Afrique

Le trophée de la meilleure compagnie pétrolière nationale en Afrique pour le compte de l’année 2018 trône donc désormais dans les vitrines de la Société Nationale des Hydrocarbures (SNH). La distinction est de l’Africa Petroleum Club et remis le 22 novembre dernier à Londres.

Charles ABEGA

Avec ce « Big Five Board Award » (BFBA), la SNH entre dans le cercle privilégié de la centaine de lauréats du BFBA depuis son institution en 1997. Une distinction attribuée par l’Africa Petroleum Club du groupe Frontier Communications (FC). Un groupe qui organise divers événements internationaux de renom dans le domaine des hydrocarbures en Amérique, en Europe, en Asie, en Arabie saoudite, au Maghreb et en Afrique subsaharienne. Depuis la création du BFBA en 1997, c’est la première fois qu’une compagnie pétrolière camerounaise obtient le précieux sésame. Cette reconnaissance qui vient de Londres vient conforter celle déjà exprimée par la publication Jeune Afrique qui a couronné comme meilleure entreprise du Cameroun et d’Afrique Centrale, la SNH en 2017 et 2018.

Tous ces classements viennent à la suite des bonnes performances amassées par la compagnie managée par Adolphe Moudiki. Rappelons qu’entre 2013 et 2017, la SNH a reversé 2016,65 milliards de Fcfa issus de la vente du pétrole camerounais à l’Etat, malgré les caprices du marché. Les recettes sont de l’ordre de 553,047 milliards FCFA en 2013. Ce qui signifie qu’il y a une baisse de 444,738 milliards en 2014. En 2015, l’on enregistre encore une autre baisse à 378,537 milliards et en 2016, c’est le montant 291,244 milliards FCFA qui est estimé. Cependant, depuis 2017, il y a une progression à 349,084 milliards de Fcfa. La SNH explique que cette évolution des recettes résulte de la variation du cours du Brent. En 2013, le brut camerounais s’est vendu à 107,13 dollars alors que le prix sur le marché international était de 108,66 dollars. En 2014, le Cameroun a vendu son pétrole à 97,01 dollars contre 98,95 dollars sur le marché. En 2015, le baril a été écoulé à 49,70 dollars contre 52,39 dollars à l’international. En 2016, l’année la plus mauvaise pour le Cameroun, le pays a vendu son brut à 39,38 dollars alors que le prix sur le marché était de 43,73 dollars. En 2017 enfin, le brut camerounais s’est vendu à 53,27 dollars au moment même où le prix était fixé à 54,19 dollars.

Aujourd’hui, la Société nationale des Hydrocarbures (SNH) est en effet la mieux cotée dans le classement annuel des 500 meilleures entreprises du continent (114e) du magazine Jeune Afrique. Elle est talonnée par la Société nationale de Raffinage (Sonara), 120e, la Société anonyme des Brasseries (SABC), classée (225e) ; l’entreprise de production et de distribution d’électricité, Enéo (238e), MTN Cameroun (256e), Tradex (272e), CFAO Cameroun (388e), Congelcam (425e), et le Fonds spécial d’équipements et d’intervention (Feicom), 497e.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

treize + 17 =