Eneo 2017. 4,3 milliards de Fcfa de bénéfice

Pour l’électricien camerounais Eneo, l’année 2017 s’est clôturée par un bénéfice net de 4,3 milliards FCFA, tiré par les bonnes performances de l’activité financière.

Charles ABEGA

La bonne santé de l’économie camerounaise semble se faire contagieuse à toutes les structures et à tous les maillons de la chaîne économique du Cameroun émergent. L’on tient chaque jour des clés de lecture objectifs pour comprendre les processus menant à l’essor du pays, avec un programme d’émergence hautement dynamique, par les divers grands projets en cours de réalisation ou progressivement initiés, au gré des contingences temporelles. Et le secteur de l’énergie, et notamment celui de la distribution de l’électricité, fait bien partie des marqueurs à considérer dans la quête des indices de santé de cette économie.  Le bénéfice net réalisé au terme de l’année 2017 par Eneo, entreprise contrôlée par le fonds d’investissement britannique Actis et concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, est en hausse de 1,7 milliard de francs CFA, passant de 2,5 milliards de francs CFA en 2016, à 4,3 milliards de francs CFA, un an plus tard.

Selon le rapport financier de l’entreprise, qui vient d’être rendu public, bien qu’il soit « relativement intéressant », ce résultat est davantage le fait d’une « meilleure performance de l’activité financière, notamment les dotations aux amortissements, les provisions financières et les frais financiers ». En effet, le rapport financier 2017 d’Eneo révèle une baisse de 2,7 milliards de francs CFA sur le résultat d’exploitation, preuve que l’activité principale de l’entreprise (production et distribution de l’énergie électrique) a été beaucoup moins rentable en 2017, qu’au cours de l’année 2016.

Cette situation est consécutive à des charges d’exploitation (dépenses) toujours plus élevées, lesquelles ont cru de 31,5 milliards de francs CFA entre 2016 et 2017, tandis que les produits d’exploitation (revenus), eux, connaissaient une croissance beaucoup moins vigoureuse de 28,7 milliards de francs CFA, sur une période d’un an, soit un gap de près de 3 milliards de francs CFA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

dix-neuf − onze =