Extrême-Nord. La Banque Islamique de Développement investit 21 milliards

Ces fonds sont destinés au projet PDRI-CL, lancé la semaine dernière par le ministre de l’Economie, de planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey.

Olivier BOKALE

C’est parti pour la deuxième phase du Projet de Développement Rural Intégré du Chari-Logone (PDRI- CL). Elle a été lancée la semaine dernière par le ministre de l’Economie, de planification et de l’aménagement du territoire (Minepat), Alamine Ousmane Mey. Doté d’une enveloppe globale de plus de 21 milliards de FCFA, ce projet a pour objectif principal de contribuer à la réduction de la pauvreté. Cet objectif fait partie intégrante de la stratégie du gouvernement dans le secteur rural notamment l’emphase sur le développement et la diversification des systèmes de production agropastoraux, en adoptant l’approche chaîne de valeur et la mise en cohérence de l’ensemble des actions dans le secteur rural.

Financée par la Banque Islamique de Développement (BID), la deuxième phase du projet qui s’exécutera de 2019 à 2021 à travers cinq composantes, vise à améliorer prioritairement les conditions de vie et les revenus des populations rurales dans le département du Logone et Chari. La deuxième phase du Projet de Développement Rural Intégré du Chari-Logone répond aux préoccupations de développement de l’ensemble des zones touchées par les actions dévastatrices de la secte terroriste Boko Haram qui a sévi pendant plus de trois ans dans la région du bassin du Lac Tchad. A ce titre, la mise en œuvre de cette phase du projet dans ses composantes concerne des secteurs clés notamment les infrastructures rurales, consiste à construire ou à réhabiliter 450 km de pistes rurales et un pont sur le Taf Taf, ainsi que des infrastructures socio-économiques (salles de classes, magasins, forages…), l’appui à l’agriculture et à l’élevage avec l’aménagement des bassins hydro-agricoles pour les cultures vivrières et le maraîchage, où le projet envisage d’aménager 1450 hectares de terres agricoles avec un système d’irrigation économe en eau et des spéculations à très haut potentiel.

L’amélioration de la productivité de l’élevage concerne la production de fourrage, la disponibilité de la provende et l’amélioration de la race bovine et avicole. Aussi, la sous composante vulgarisation de l’agriculture portera sur la diffusion auprès des producteurs des nouvelles variétés ou de races et des techniques de production adaptées notamment l’utilisation de nouvelles variétés, le respect des techniques adéquates pour les variétés en termes d’utilisation des fertilisants, des herbicides, des produits phytosanitaires, des fumures organiques.

Avant d’amorcer cette deuxième phase, la première qui a été exécutée de 2010 à 2015 a obtenu des résultats probants. Une satisfaction pour le Minepat et les partenaires au développement qui ont effectué des visites sur plusieurs sites du projet à l’instar de la BID. Au niveau des infrastructures socioéconomiques, le PDRI-CL a réalisé des projets phares en termes de construction, de réhabilitation et d’équipement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux × deux =