Aménagement hydroélectrique de Memve’élé. La ligne d’évacuation d’énergie exécutée à 55%

Si la réalisation des travaux de l’immense infrastructure hydroélectrique comprenant le barrage, l’usine et le poste usine, est à un taux global d’avancement de 97%, les travaux connexes ne sont pas moins avancés.

Charles ABEGA

Le ministre en charge de l’Eau et l’Energie (Minee) vient de faire plusieurs annonces plutôt heureuses en cette fin d’année. Après une visite d’inspection sur le site de construction du barrage hydro-électrique de Memve’ele dans le Sud du Cameroun, Gaston Eloundou Essomba peut arborer le sourire des grands jours quand vient le moment de l’évaluation, puisque les chiffres sont hautement concluants. Le projet d’aménagement hydroélectrique de Memve’élé d’une capacité de 211MW (Mégawatts) connaît de belles avancées, avec dans un premier lieu, les travaux de construction de la ligne d’évacuation d’énergie de 225KV (kilovolts) y afférente et ceux des postes associés de Nyabizan – Ahala – Nkolkoumou, qui affichent actuellement un taux d’exécution de 55% ; en plus, des sources autorisées de ce département ministériel révèlent par ailleurs que, la réception provisoire des travaux de bitumage de la route d’accès au barrage de Meyo-centre – Ma’an – Nyabizan (100 km), a été effectuée le 11 octobre 2018 ; ensuite, il faut relever que les décrets portant règlement des indemnisations des riverains du corridor de la ligne d’évacuation d’énergie des départements de la Vallée du Ntem et de la Mvila sont disponibles. Il en est de même pour les décrets portant règlement des indemnisations de la voie d’accès au barrage pour la libération complète de l’emprise du tronçon Meyo-centre – Ma’an – Nyabizan.

Le barrage hydro-électrique de Memve’ele dont les travaux de construction ont été lancés en 2012 sur le fleuve Ntem à 300km de Yaoundé dans le Sud du pays, fait partie de cet immense ensemble de grands projets structurants initiés par le président Paul Biya. Son coût total est estimé à 420 milliards de francs CFA avec un taux global d’avancement actuel de 97%. L’infrastructure dont les travaux de construction sont assurés par l’entreprise chinoise Synohydro, devrait une fois entrée en fonction, apporter plus 55 milliards de francs CFA par an au Cameroun, contribuant à résorber le déficit énergétique au pays et dans la sous-région. La réception provisoire partielle a déjà été effectuée en février 2018 alors que les essais pour la mise en service de ce barrage sont prévus pour cette même fin d’année 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

13 + 2 =