Barrage hydroélectrique de Nachtigal. Le constructeur Besix lance les travaux avant fin 2018

Pour concevoir et réaliser ce projet d’un coût de 656 milliards de FCFA, le groupe belge s’est mis en partenariat avec les sociétés françaises NGE et la firme marocaine SGTM.

Olivier BOKALE

C’est finalement la société belge Besix qui va exécuter les travaux de réalisation du barrage hydroélectrique de Nachtigal. « Nous sommes très heureux de renforcer notre activité en Afrique en général et au Cameroun en particulier », confie l’entreprise dans un communiqué signé de Mathieu Dechamps, General Manager Business Unit International de Besix. Selon le même communiqué, il s’agit pour Besix de concevoir et construire cette infrastructure hydroélectrique. Situé sur le fleuve Sanaga, à environ 65 kilomètres au nord de Yaoundé, précisément dans le département de la Lekié (Région du centre), ce barrage vise à augmenter la disponibilité de l’énergie renouvelable au Cameroun.

« Le projet d’aménagement hydroélectrique de Nachtigal amont est l’un des très rares projets hydroélectriques de partenariat public-privé en Afrique subsaharienne qui accélérera la réalisation des objectifs de développement du Cameroun, y compris l’accès à l’électricité », explique la société belge. Le barrage permettra en effet d’augmenter la capacité de production d’électricité du pays de 30%.

Dans le détail, le contrat qui lie la société Besix à prévoit « la conception et construction d’un barrage de deux kilomètres de long et, de 14m de hauteur maximale en béton compacté au rouleau d’un canal usinier d’amenée de trois kilomètres et les travaux de génie civil de la centrale hydroélectrique ». La centrale comprendra 7 turbines de 60 MW et des installations de prise d’eau. Selon le chronogramme décliné dans le contrat, ces travaux seront lancés avant la fin de l’année, pour une durée prévisionnelle de 57 mois.

Le financement du projet de la centrale hydroélectrique de Nachtigal nécessite 656 milliards de FCFA. Un financement assuré par un pool de prêteurs internationaux et locaux. Le projet piloté par l’entreprise camerounaise Nachtigal Hydro Power Company (NHPC). Son capital est détenu à 40% par la multinationale française EDF International, contre 30% pour l’Etat du Cameroun et la portion restante de ce capital (30%) est à mettre à l’actifs de la Société financière internationale (SFI). D’après cette filiale du groupe Banque Mondiale dédiée au secteur privé, le barrage de Nachtigal fait partie « des rares partenariats public-privé à avoir vu le jour dans le secteur de l’hydroélectricité en Afrique subsaharienne », indique la SFI.

Il convient de préciser que la firme Besix n’est pas à sa première expérience au Cameroun en matière de réalisation des projets infrastructurels. Bon nombre de projets de référence dans le pays porte la marque de cette entreprise de BTP. Par le passé Besix a œuvré dans « la construction de l’hôpital de Yaoundé, celle de différents ministères, le Pont de l’Enfance, un évacuateur de crue sur la rivière Sanaga ainsi que différents quais dans le port de Douala », explique Mathieu Dechamps du groupe Besix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux + 6 =