Chantiers routiers. L’appui du Matgénie aux Communes de l’Adamaoua

Les engins du Parc national du matériel de génie-civil (Matgénie) sont désormais mis à la disposition de ces CTD pour la réalisation de leurs projets de BTP.

Olivier BOKALE

Les maires sont désormais les maîtres d’ouvrage des chantiers communaux. Cette disposition du nouveau Code des marchés publics est une réalité pour les collectivités territoriales décentralisées de la Région de l’Adamaoua. Ces communes devront compter sur le Parc national du matériel de génie-civil (Matgénie) pour assurer ces nouvelles compétences issues du processus de décentralisation. Dans le cadre du prolongement de sa dernière visite dans le septentrion, Emanuel Nganou Djoumessi, ministre des Travaux publics a présidé une réunion à cet effet avec les maires et les responsables du Matgénie. C’était le 8 août dernier à Ngaoundéré.

L’utilisation efficiente des moyens déplacés par le Matgénie, par les communes, était au centre de cette séance de travail. « Chaque maire ne se lèvera pas pour venir chercher les engins. Mais lorsque le matériel sort du Parc national du Matériel du Génie civil, il ira de commune en commune pour résoudre les problèmes de chacune. On économisera donc les frais de transferts qui seront divisés par le nombre de communes sollicitant les engins », a expliqué Désiré Abogo Ntang, le directeur général du Matgénie. Et même si ces moyens logistiques et matériels dont dispose le Matgénie ne peuvent pas satisfaire la forte demande des communes, il convient de reconnaitre que le gouvernement a pris la mesure de la chose. A ce sujet le patron du Parc national du matériel du Génie civil révèle qu’un projet de rééquipement cette entreprise publique est en cours. Ce programme monté sur haute instruction du chef de l’Etat va doter l’entreprise de 700 nouvelles machines, acquises à l’état neuf.

Le séjour d’Emmanuel Nganou Djoumessi dans la région de l’Adamaoua a permis au Mintp de visiter les principaux chantiers routiers en cours de réalisation dans cette région. La délégation ministérielle a inspecté l’axe Ngaoundéré- Febadi. « La route est très belle, et je tiens à féliciter l’entreprise qui est sur les lieux. Je ne fais la promotion d’aucune entreprise, mais je pense que Berni a bien fait son travail sur cette route en terre. J’ai aussi visité d’autres axes routiers en construction, mais je ne suis pas satisfait parce que cela prend beaucoup de temps », a confié le ministre. L’un de ces axes routiers dont la durée des travaux ne satisfait pas le Mintp, c’est bien le carrefour Bois de Mardock-université de Ngaoundéré. « Nous avons été amenés à mettre en demeure l’entreprise Esico et l’évaluation se fera dans 21 jours et on en tirera les conséquences. Cette entreprise a été contractualisée pour 10 mois de travaux et elle est au- delà », a déclaré Emmanuel Nganou Djoumessi.

Apprécier la mobilisation des entreprises et l’exécution des travaux (construction/entretien), voir les mesures envisagées, tels étaient les objectifs de cette descente sur le terrain du Mintp. Il en ressort que 5 133 km de routes sont revêtues, 12 799 km non revêtus, et il existe 59 657 Km de pistes et chemins dans l’Adamaoua.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

15 + 17 =