Deuxième pont sur le Wouri. Réception provisoire dans 10 jours

Le gros œuvre achevé, il ne reste plus que la desserte menant au Port autonome de Douala et d’autres travaux mineurs.

Aziz ABDELAZIZ

Quinze minutes ! Oui quinze minutes, c’est le temps qu’il faut désormais compter pour rallier Bonaberi à Bonapriso en empruntant le deuxième pont sur le fleuve Wouri. Ceci est l’une des conséquences positives de la mise en service le 9 novembre dernier, des six voies de Bonassama, arrondissement de Douala 4e, à Deido dans l’arrondissement de Douala 1er. Des premières onces de soulagement pour les populations de la capitale économique qui traversent les voies principales du trait d’union et de ses artères périphériques. Néanmoins, l’ouvrage n’a pas encore livré tous ses contours définitifs.  L’entreprise Sogea-Satom, à qui le marché a été attribué, tourne à plein régime pour achever la desserte conduisant tout droit au Port autonome de Douala (PAD) et les travaux sur l’ancien pont, ainsi que les espaces verts.

Conformément aux deux marchés attribués à Sogea-Satom, les travaux sur le 2e pont sur le Wouri, touchent globalement à leur fin. Afin de s’assurer de la bonne marche des travaux et du respect de la date de réception provisoire annoncée pour le 21 décembre prochain, le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua a effectué une visite de chantier le vendredi dernier. Sur place, non sans éveiller sa curiosité, le patron de la région du Littoral a surtout écouté les explications des responsables de l’entreprise adjudicataire de la réalisation de l’infrastructure.

Cette descente sur le terrain qui intervient après les infrastructures sportives, a précisé le gouverneur, est une mobilisation de tous les chantiers dans la ville de Douala. « Nous voyons que cet ouvrage affiche fière allure et nous donne de comprendre que Douala est en pleine mutation. Nous voulons ainsi demander aux populations de nous aider à garder ses ouvrages en l’état puisque nous constatons par endroit quelques actes de vandalisme et nous tenons à rappeler que la vigilance est de mise », s’est exprimé le gouverneur de la région du Littoral.

Ce dernier a tenu à préciser que l’ensemble des chantiers iront à leur terme et que la capitale économique ne connaîtra pas de trêve. Selon les responsables de l’entreprise Sogea-Satom, il faudra un mois pour relever toutes les réserves qui pourraient être prononcées par la commission du ministère des Travaux publics chargée du chantier. Ensuite, le second pont sur le Wouri entrera dans la période de garantie qui est de 2 ans pour les viaducs, d’un an pour les accès et le projet sera complètement terminé.  De l’autre côté du pont, côté Douala, l’espace jadis appelé « Anflo », au rond-point Deido, subira prochainement un coup de lifting par la Communauté urbaine de Douala (Cud).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

quatre × deux =