Energies renouvelables. Bientôt une centrale solaire de 20 MW à Ngaoundéré

Encore un engagement du Chef de l’Etat camerounais. Les secteurs novateurs en termes d’activités génératrices de revenus, et susceptibles d’avoir un véritable impact sur l’essor l’économie camerounaise, bénéficieront de toute l’attention du gouvernement. Aujourd’hui encore, Paul Biya concrétise ses paroles en actes.

Charles ABEGA

La ville de Ngaoundéré est visiblement la prochaine bénéficiaire de l’attention que le Président de la République porte aux projets novateurs. En effet, sur instruction du Chef de l’Etat, la capitale de la région de l’Adamaoua devrait accueillir très bientôt l’un de ces projets que le gouvernement du Cameroun développe avec des partenaires privés dans le domaine des énergies renouvelables. Et dans le cas précis, il s’agirait de la construction d’une centrale solaire de 20 MW (Mégawatts), en partenariat avec le consortium français Générale du Solaire-Arborescence Capital. Les négociations entre les autorités camerounaises et la partie française déjà en cours, devraient connaître des avancées considérables à la fin du premier trimestre 2019, de même que l’on devrait alors avoir plus de détails sur le coût du projet et les délais des travaux. Le Ministère de l’Eau et de l’énergie (Minee) qui gère le dossier pour la partie camerounaise envoie de plus en plus de signaux qui laissent croire que les choses seraient en très bonne voie. Des concertations entre les représentants du gouvernement, les autorités de la région et de la ville de Ngaoundéré, se multiplient parallèlement avec au centre des échanges, l’environnement optimal dans lequel pourrait prendre forme le projet de centrale solaire.

20 MW d’électricité pour résorber avec la plus grande efficacité les problèmes de délestages de plus en plus récurrents dans la ville de Ngaoundéré. Une ville qui a quitté son statut de cité moyenne pour prendre un volume d’urbanité conséquent, surtout depuis la construction et la mise en fonction du pôle universitaire local, avec toutes les exigences liées à l’extension de la cité à une telle envergure. Avec un niveau moyen d’insolation de 5,8 kWh/m²/jour dans les trois régions de la partie septentrionale à savoir l’Adamaoua, le Nord et l’Extrême-Nord, contre 4 kWh/m²/jour seulement dans le Sud du pays. Des caractéristiques qui font donc de la ville de Ngaoundéré une cité parfaitement éligible pour le présent projet.

Avec une expertise avérée dans les questions de développement, d’ingénierie de la construction, du financement et de l’exploitation de centrales photovoltaïques, le groupe Générale du Solaire créé en 2008 évolue également en France et à l’international sous la casquette de producteur indépendant d’électricité. Quant à Arborescence Capital, c’est une société entrepreneuriale fondée en 2007 qui est axée sur le conseil en investissement financier. Arborescence Capital s’est notamment spécialisée dans le développement durable. Deux partenaires de poids qui comptent bien faire valoir en Afrique subsaharienne leur savoir-faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

un + quatorze =