Port autonome de Douala. La lutte contre la congestion au centre des débats

Une large concertation entre principaux partenaires du Port autonome de Douala a été lancée depuis la matinée du mardi 11 septembre dans la capitale économique. Objectif recherché, la prévention de la congestion du port pour plus d’efficacité et de rentabilité.

Charles ABEGA

En scène pour ces travaux de grande importance, les autorités du Port autonome de Douala (PAD), les services de douane, le Douala International Terminal (DIT), et différents autres acteurs évoluant dans cet environnement, pour une meilleure vulgarisation des procédures visant à décongestionner le terminal à conteneurs. Les cibles privilégiées pour ces travaux restent bien évidemment les acteurs du transit, mais également les commerçants et les chefs d’entreprises impliquées dans les activités de la superstructure. Il est question pour les uns et les autres de continuer d’appliquer les dernières mesures prises par le gouvernement afin que le PAD soit une source de recettes financières toujours croissantes. Or, la condition pour ce résultat n’est rien d’autre que la célérité dans la gestion des dossiers, la simplification des protocoles et la rigueur dans les différents traitements. Le port de Douala qui est la principale porte d’entrée et de sortie avec plus de 90% des échanges extérieurs du Cameroun, et de toute la sous-région Afrique Centrale gère, au quotidien un important trafic.

Ces travaux tombent à point selon certains intervenants car, il y a très peu, le taux d’occupation du terminal avait atteint le niveau de 110%, dans le seul espace dédié à l’import. Pourtant, les nouvelles réglementations sont faites pour éviter cet état de chose. Il est donc question pendant cette concertation de faire un rappel à l’ordre et de replonger chaque acteur dans l’appropriation et la mise en application de ces dispositions. Il est à noter que la chaîne consiste en quatre étapes essentielles à savoir, l’acconage, la douane, le PAD où se gère les paiements de la redevance portuaire et le DIT pour finaliser les procédures de sortie ou d’enlèvement. Et désormais, il y a même la possibilité de sortir les marchandises du port les dimanches et jours fériés, grâce à une plage de flexibilité mise en place par la douane et le DIT. Ainsi, une alerte est dorénavant émise pour informer le PAD à chaque fois qu’un opérateur s’est acquitté de ses droits de douanes, ce qui permet d’éviter toute confusion et d’accélérer les procédures.

Mais déjà, le taux de livraison au PAD est passé de 2224 conteneurs de 20 pieds à la semaine 34 à 3823 à la semaine 35, soit une nette augmentation de 57,84%. Des conclusions qui permettent bien de confirmer le bel état de santé de l’infrastructure portuaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

15 + 6 =