Sécurité sanitaire. Le Cameroun doté d’un centre d’opérations d’urgences

L’inauguration de ladite structure a été effectuée à Yaoundé ce 3 décembre par le Premier ministre, chef du gouvernement, Philémon Yang, au nom du chef de l’Etat.

Aziz ABDELAZIZ

Avant tout, il s’agit d’un instrument de prévision et d’anticipation qui entre dans la politique camerounaise en matière de sécurité publique. L’ambition du Cameroun est d’être un pôle de collecte, d’analyse et de diffusions d’informations précises et urgentes sur toutes les menaces liées à la santé publique en Afrique. Une visée des pouvoirs publics concrétisée par l’inauguration hier à Yaoundé du Centre national des opérations des urgences de santé publique. La cérémonie était présidée par le Premier ministre, chef du gouvernement, Philémon Yang, représentant personnel du chef de l’Etat. C’était en présence du ministre de la Santé publique, André Mama Fouda, et de l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, S.E Peter Henry Barlerin. Le gouvernement américain qui a appuyé le gouvernement camerounais dans la réalisation de cette infrastructure.

En effet, le Centre national des opérations des urgences de santé publique, a été pourvu d’un financement de près de deux milliards de F par l’Agence de réduction des menaces de défenses du gouvernement américain. Comme l’a relevé S. E Peter Henry Barlerin, il s’agit d’une structure de veille qui pourra permettre de « pouvoir mieux et vite agir aux menaces des épidémies et toute autre catastrophe ». Parmi les pathologies dont il est question, il y a le choléra qui a souvent sévit dans certaines de nos régions, mais aussi les catastrophes naturelles telles que le Lac Nyos le 21 août 1986 ou les accidents du rang de la catastrophe de Nsam du 14 février 1998 ou encore l’accident ferroviaire d’Eséka survenu en 2016.

Placé sous la coordination du ministère de la Santé publique, ce centre est doté des systèmes logistiques et de communication, permettant d’analyser en urgence les drames et de disposer d’informations fiables. Par conséquent, s’il y a un risque de santé publique au Cameroun, il peut être vite détecté et mieux surveillé et la riposte peut être mieux organisée dans de brefs délais. Durant la cérémonie d’instauration, le représentant du chef de l’Etat a salué cette autre action du gouvernement américain, qui renforce les efforts du Cameroun engagé dans la mise en œuvre du programme de sécurité sanitaire mondiale. Un outil qui met un accent particulier sur le renforcement du dispositif de veille et de sécurité sanitaire. Philémon Yang a signifié toute l’appréciation du chef de l’Etat au sujet de cette assistance substantielle du gouvernement américain. Un soutient qui apparaît comme un signe évident d’une coopération fructueuse entre le Cameroun et les Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

13 + dix-huit =