Le Minepat diagnostique 203 projets pour une meilleure exécution

C’est à la faveur de la conférence de programmation des décaissements sur les projets de financements  sur la période 2019-2023. Conférence qui s’est tenue du 4 au 8 juin 2018.

Anaïs Foumane

L’économie camerounaise est un sujet de préoccupation majeure pour le gouvernement comme  pour les partenaires financiers internationaux. Même si on reconnait  à cette économie, une certaine résilience qui s’appuie sur sa diversification, certains indicateurs indiquent que la croissance pourrait mieux se porter. Dans le cadre de l’exécution des projets structurants qui sont sensés entrainer une forte dynamique économique, plusieurs reproches ont souvent été faits pour expliquer la lenteur d’exécution. C’est à mesure de résoudre durablement ces problèmes de lenteur que le ministre de l’Economie de la planification et de l’aménagement du territoire Alamine Ousmane Mey a conduit une  conférence de programmation des décaissements sur les projets de financements  sur la période 2019-2023. Ainsi, entre le 4 et le 8 juin 2018,150  partenaires financiers et coordonnateurs de projets ainsi que les représentants des administrations qui assurent la tutelle des projets  à financement extérieurs ont fait un diagnostic approfondi de plusieurs projets. Ce sont 203 projets estimés à environ 500 milliards de francs Cfa qui sont ainsi passés au peigne. Le constat établi montre que la mauvaise planification des projets fait ressortir la problématique de l’impact  sur le plafond d’endettement  de certains emprunts sous forme de crédits relais, contractés par l’Etat au profit de certaines entreprises publiques. Aussi, les dépassements des plafonds de décaissement des projets  de l’Etat à financement extérieur, en rapport surtout  avec le solde budgétaire primaire sont pointés du doigt.  Le ministre a également souligné la nécessité de contrôler le niveau d’endettement par une rapide exécution des projets dont les financements proviennent pour la plupart du service de la dette. Ce diagnostic réaliste a fait dire au Minepat, qu’il est plus que jamais nécessaire de mettre en œuvre le “Mp3” pour une exécution efficiente des projets. Il s’agit en effet de “mieux planifier, mieux programmer et mieux prévoir” pour satisfaire non seulement les populations bénéficiaires de ces projets mais aussi les partenaires financiers qui s’associent à ces projets. Et comme le rappelait encore le premier ministre Philemon Yang, en novembre 2017 lors de la présentation  du Programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour l’exercice 2018, il faut « veiller au respect des engagements souscrits dans le cadre de l’exécution du Programme économique et financier signé au mois de juin 2017, appuyé par la Facilité Elargie de Crédit.” Il prescrivait à cet effet une “discipline budgétaire dans les finances publiques”, discipline  qui permettrait aussi de réaliser au mieux les objectifs   du Plan d’Urgence Triennal pour l’accélération de la croissance économique (PLANUT) décidé par le Chef de l’Etat, et en exécution depuis l’exercice 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

10 + dix-huit =