Nécrologie : Françoise Foning Une icône de la politique et des affaires

Femme d’affaires et femme politique de premier plan, Françoise Foning est décédée le 23 janvier dernier à l’hôpital central de Yaoundé. La maire de Douala Ve a été victime d’un accident de circulation cinq jours plus tôt à Ebebda, à environ 80 km de la capitale camerounaise. Portrait d’une dame qui, bien que n’ayant pas fait de longues études, a fortement marqué la scène socio-économique et politique camerounaise de son empreinte.

Originaire de la région de l’Ouest du Cameroun, Françoise Foning a réussi à s’imposer à Douala, ville cosmopolite, poumon économique du pays, mais aussi cité « frondeuse », notamment depuis la restauration du pluralisme politique en 1990. En effet, c’est ici que l’opposition au RDPC, le parti au pouvoir, va trouver un terrain fertile et se manifester avec le plus de virulence.

Et c’est cela qui va donner à Françoise Foning, en véritable bulldozer politique, l’occasion de s’affirmer en affichant son soutien indéfectible au président Paul Biya et à son parti. Elle est en effet, la première et l’une des rares femmes à occuper une section de ce parti habituellement réservée aux hommes. Harangueuse de foule et dotée d’impressionnantes capacités de mobilisation, Françoise Foning ne recule pas face à l’adversité. En fait, particulièrement redoutée par ses adversaires, elle a été de tous les combats.

Cela va lui valoir de rentrer dans le cercle fermé des membres du comité central de la formation politique au pouvoir. Elle remporte des compétitions électorales : d’abord députée du stratégique département du Wouri, elle va aussi prendre la tête de la commune de Douala Ve.
Pour les observateurs, Madame Foning était devenu pratiquement la « mascotte » de son parti.

Femme politique, Françoise Foning s’est aussi et avant tout illustrée dans le business. Dotée d’un sens aigu des affaires, elle a en effet investi dans des domaines aussi nombreux et variés que la restauration, le transport, l’ameublement, la santé, l’éducation, le bâtiment et les travaux publics. On avait l’impression qu’aucun domaine ne pouvait lui échapper.

Françoise Foning connait une évolution remarquable au point de s’imposer sur le plan international. A force de courage, d’audace et de persévérance, elle connait une ascension remarquable : consultante pour la Banque africaine de développement, vice-présidente internationale pour le forum francophone des affaires et surtout première noire présidente de l’ONG Femmes chefs d’entreprise mondiales.

Avec, sa disparition, le parti au pouvoir au Cameroun perd une militante fervente et engagée, le monde des affaires, une opératrice dotée d’un sens aigu de l’entreprise.
Marc OMBOUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

dix + 13 =