Performances économiques. Les bons chiffres de la SNH

L’entreprise a transféré à l’Etat du Cameroun 283,71 milliards de Fcfa.

Aziz ABDELAZIZ

La courbe poursuit toujours son ascension à la Société nationale des Hydrocarbures (SNH). Le 4 décembre dernier au cours de la deuxième session ordinaire de l’année 2018 du conseil d’administration de cette structure, l’on est revenu sur les résultats positifs engrangés par l’entreprise. Ainsi peut-on lire dans le communiqué signé par Ferdinand Ngoh Ngoh, président du Conseil d’administration, « les ventes de pétrole et de gaz effectuées par la SNH ont permis de transférer au Trésor public après déduction des charges de production, la somme de 283,71 milliards de F pour les neuf premiers mois de l’année ». Soit une hausse de 20,31% par rapport à la même période durant le précédent exercice. À cette première bonne nouvelle a succédé une autre pour les caisses de l’Etat du Cameroun. On apprend également que l’entreprise nationale classée 114ème au dernier classement des meilleures entreprises africaines de l’hebdomadaire « Jeune Afrique » a versé à l’Etat, un dividende de 6 milliards de F et 7,4 milliards d’impôts et taxes divers. Parmi la cascade des points positifs des dernières activités de la SNH, on a le démarrage des exportations de gaz naturel liquéfié. Des opérations qui ont permis au 30 septembre dernier, sept enlèvements. Par ailleurs, rapporte le communiqué, l’entreprise a lancé des opérations d’approvisionnement du marché national en gaz domestique. Plus de 9 millions de tonnes ont déjà été livrées à Yaoundé et ses environs.

Au cours de l’assise, c’est à Adolphe Moudiki, administrateur-directeur général de la SNH, que revenait la charge de présenter les activités menées de janvier à septembre 2018. Dans un contexte marqué par la hausse des cours du pétrole brut et du gaz naturel, la SNH a pu relancer les activités d’exploration/production. Celles-ci avaient subi l’impact de la baisse de ces cours au cours des dernières années. La production nationale de gaz naturel pour sa part s’élève à 1,188 milliard de m3 au 30 septembre de l’année en cours. Soit en substance, une augmentation de 373,99% par rapport à la même période en 2017. Il faut dire que cette performance se justifie par la mise en exploitation du Hili Episeyo, l’usine flottante de liquéfaction de gaz naturel (Floating LNG) installée au large de Kribi. Un projet matérialisé qui a d’ailleurs valu des félicitations au top management de l’entreprise, car le Cameroun devient ainsi le premier pays exploitant une usine flottante de liquéfaction en Afrique. Sur le plan mondial, le Cameroun est le 20e exportateur de gaz naturel liquéfié (GNL).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

vingt − 3 =