Manuels scolaires. Le bout du tunnel

Sous la supervision du gouvernement, les différents acteurs de la filière ont aplani les différents qui entravaient la circulation et la disponibilité du livre scolaire.

Pierre NGOM

A ce jour, seuls 25% des livres inscrits au programme de l’année scolaire 2018-2019 sont disponibles sur le marché. Face à ce problème le gouvernement ne pouvait rester les bras croisés. Le7 septembre, le secrétaire général des services du Premier ministre, Séraphin Magloire Fouda, a donc convié les acteurs de la chaîne (Éditeurs, distributeurs, libraires) à une réunion tenue dans l’une des salles de conférences des services du Premier ministre. Au cours de cette réunion, il est clairement apparu que les différents entre Editeurs, distributeurs, libraires étaient à l’origine des entraves à la circulation et à la disponibilité du manuel scolaire. Deux problèmes majeurs sont apparus : une mésentente sur le taux de remise et une confusion de rôle entre éditeurs, libraires et distributeurs court-circuitant ainsi la chaîne du livre.

Pour Séraphin Magloire Fouda, il n’est pas question que la réforme initiée par le gouvernement crée des gênes du fait de mésententes entre les responsables de la chaîne du manuel scolaire. « Il ne faut pas qu’une bonne réforme se transforme en problème. Le conseil d’agrément du livre a été mis en place pour que les éditeurs puissent mettre à la disposition des élèves des manuels scolaires. Il faut respecter ses engagements », a indiqué le secrétaire général des services du Premier ministre. D’un ton ferme, il a donc instruit les différents acteurs d’apporter des solutions urgentes aux problèmes que rencontre la distribution des manuels scolaires.

Suivant ses instructions, tous les acteurs de la chaine du manuel scolaire ce sont retrouvés le 10 septembre sous la supervision du Conseil national d’agrément des manuels scolaires et des matériels didactiques (Conseil d’agrément).  Au terme des échanges, la politique du livre unique par matière a été unanimement saluée. Et les différentes parties ont convenu de la mise à disposition du manuel manquant dans un délai maximum de 15 jours à compter du 11 septembre 2018. Si cet engagement est respecté, tous les livres devraient être disponibles le 25 de ce mois. Les acteurs de la chaîne du livres scolaires se sont aussi mises d’accord sur le respect scrupuleux à la fois des listes, des prix validés et publiés par les différents ministres en charge de l’éducation et des marges sur lesquelles ils se sont accordés. Dans un protocole d’accord transactionnel, les éditeurs se sont en effet engagés à concéder aux distributeurs et aux libraires respectivement 25 et 20% de taux de réduction sur la vente du livre. Les acteurs de la filière se sont enfin entendus sur la nécessité de s’en tenir exclusivement à leur domaine de compétences. Une réunion est programmée le 30 septembre pour évaluer le niveau d’implémentation des engagements pris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

trois × quatre =