Accident ferroviaire d’Eséka: Camrail épinglée

          Selon le rapport de la Commission d’enquête mise en place par le chef de l’Etat camerounais, M. Paul Biya, la responsabilité principale de la catastrophe ferroviaire survenue à Eséka le 21 octobre 2016  incombe au transporteur Camrail, filiale du groupe français Bolloré. Par ailleurs, le président Biya a décidé de débloquer la somme d’un milliard de F CFA comme assistance financière à verser aux victimes de cette catastrophe et à leurs ayants-droit.

Au lendemain de la catastrophe ferroviaire qui a fait environ 80 morts et au moins autant de blessés, le 21 octobre 2016 à Eséka, le chef de l’Etat camerounais a mis en place une Commission d’enquête pour faire la lumière sur ce drame. Placée sous l’autorité du Premier ministre Philemon Yang, cette commission  a fait appel aux services d’experts internationaux compétents en matière d’accidents ferroviaires.

Il ressort du rapport de la Commission que la responsabilité à titre principal dans le déraillement du train Intercity N° 152 échoit à la société Camrail, filiale du groupe français Bolloré. En effet, selon ce rapport, la cause principale de l’accident a été l’excès de vitesse. Le train roulait en effet à 96 km/h dans une « portion de voie où la vitesse est fortement limitée (40km/H) et qui comprend en outre une forte déclivité et plusieurs courbes serrées ».

Par ailleurs, il est reproché à Camrail le non-respect de certaines règles de sécurité. En effet, souligne le rapport, « le train n° 152, mis en circulation ce  jour-là, présentait de graves anomalies et défaillances, notamment:

  • Surcharge du convoi et rallonge inappropriée de la rame ;
  • Utilisation de voitures de voyageurs dont plusieurs présentaient des organes de freinage défaillants ;
  • L’utilisation d’une motrice dont le freinage rhéostatique était hors de service ;
  • Absence de vérification sérieuse de la continuité du freinage de la rame avant son départ de Yaoundé ;
  • Refus de considération, par la hiérarchie, des réserves émises par le conducteur du train du fait des anomalies et défaillances précitées ».

Après avoir ainsi établi les responsabilités, le président Paul Biya a prescrit un audit de la concession Etat du Cameroun Camrail, des sanctions  pour les responsables du drame et la construction d’une stèle à Eséka en souvenir de la tragédie.

Le chef de l’Etat camerounais a, par ailleurs, ordonné le déblocage de la somme d’un milliard de F CFA comme assistance supplémentaire aux victimes de la catastrophe et à leurs ayants-droit.

 

Moane Ehindi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

trois × 3 =