Modernisation du Cameroun. Les prochains chantiers de Paul Biya

En s’appuyant sur l’impressionnant travail réalisé lors du septennat écoulé, le Président de la République, candidat à sa propre succession, va continuer à révéler les défis d’unité, de stabilité et de prospérité du pays.

Pierre NGOM

Il avait commencé à donner les pistes des chantiers qui vont structurer son action à la tête de l’Etat si, comme ça se dessine, les Camerounais lui renouvellent encore leur confiance. «Conscient des défis que nous devons, ensemble, relever pour un Cameroun encore plus uni, stable et prospère, j’accepte de répondre favorablement à vos appels pressants. Je serai votre candidat à la prochaine élection présidentielle», avait indiqué le 13 juillet dernier, le président de la République, Paul Biya, en annonçant sa candidature à l’élection présidentielle de 2018. Dans une interview accordée à RFI et diffusée ce 20 septembre 2018, le ministre Jacques Fame Ndongo, secrétaire à la communication du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), dévoile un peu plus à quoi s’attèlera le candidat du RDCP à l’élection présidentielle dès le soir du 7 octobre.

Sur le plan diplomatique, Paul Biya voudrait renforcer la crédibilité et le rayonnement du Cameroun à travers le monde par une diplomatie de présence et de participation. Au plan politique, l’objectif est de préserver l’unité nationale, la paix, la sécurité et l’intégrité du territoire, tout en consolidant la démocratie apaisée et en rapprochant davantage l’administration des administrés. Pour cela, la décentralisation va se poursuivre de façon admirable notamment avec le ministère de la Décentralisation et du développement local.  Ce département ministériel que vient de créer le chef de l’Etat d’ailleurs est déjà en train de réaliser une œuvre tout à fait remarquable.

Au niveau de l’économie, il voudrait moderniser davantage l’économie camerounaise en la rendant plus compétitive et plus productive, notamment par une agriculture de troisième génération, par un élevage compétitif, par l’assainissement des finances publiques et la réduction de la dépense publique. Bien sûr, les infrastructures seront multipliées grâce notamment à une densification des projets, notamment le plan routier, le plan autoroutier, les aéroports, les ports, les grands barrages. Avec le même objectif : conduire le Cameroun vers l’émergence à l’horizon 2035. Au regard du travail herculéen réalisé ces dernières années (construire des infrastructures portuaires, routières, énergétiques, sportives et sociales. Et c’est dans toutes les régions du pays), nul doute que le pays est sur la bonne voie.

Et au plan social, il voudrait naturellement consolider la justice sociale en densifiant la carte sanitaire, la carte scolaire, la carte universitaire. Le président de la République souhaite que le Cameroun ait désormais des industries culturelles. Et in fine, il voudrait préserver les libertés individuelles et veiller au respect des droits de l’homme et de la solidarité nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

un × un =