Cameroun – La CAN et les PME au menu du Conseil de cabinet de janvier 2018

C’était le premier conseil de cabinet de l’année que tenaient le chef du gouvernement et ses ministres le 25 janvier 2018. A en croire le communiqué rendu public à la fin des travaux, Philemon Yang a insisté sur le respect de délais de livraison des chantiers de la CAN 2019. Le conseil de cabinet a par ailleurs abordé le problème de l’accès des PME au crédit.

Dans sa communication spéciale, le Premier ministre a demandé aux chefs de départements ministériels de traduire en actions tangibles les instructions du chef de l’État contenues dans son adresse à la Nation du 31 décembre 2017 et de les intégrer dans des feuilles de route à lui soumettre le 15 février prochain au plus tard. Autres préoccupations du Premier ministre : la lutte contre la corruption, le replacement des agents publics admis à faire valoir leurs droits à la retraite et la propreté des édifices publics

« Le Cameroun sera prêt le jour dit », avait annoncé le président Paul Biya face à ceux pour qui le Cameroun n’était pas en mesure d’organiser la coupe d’Afrique des Nations de football. On comprend alors pourquoi, à 18 mois de l‘échéance, le gouvernement a inscrit le point sur les conclusions de la première mission d’inspection des experts de la CAF.

A cet effet, le ministre des Sports et de l’éducation physique a affirmé que cette mission s’est déroulée de manière satisfaisante. Les experts de la CAN se sont déployés sur tous les sites qui devront accueillir la compétition et ont formulé des recommandations que les différentes administrations devront s’atteler à mettre en œuvre.

Le Premier ministre a, pour sa part, instruit de veiller au strict respect des chronogrammes d’exécution des travaux relatifs à l’organisation de cette compétition et d’anticiper sur les difficultés éventuelles.

S’agissant de l’accès des petites et moyennes entreprises au crédit bancaire, le ministre es Finances a relevé qu’il est dû à des facteurs liés à leur faible structuration, et à une capacité limitée d’autofinancement.

Pour pallier ces insuffisances, le gouvernement dit avoir engagé plusieurs initiatives, notamment la création de l’Agence de promotion des PME, la mise en place des centres de formalités de création des entreprises et l’ouverture d’un Bureau de mise à niveau des entreprises évoluant dans le secteur informel.

D’autres actions concernent l’approvisionnement automatique mensuel du compte séquestre TVA logé à la BEAC, le dépôt et le suivi en ligne des demandes de remboursement des crédits TVA. Le ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey soutient que sur la base de ces réformes des crédits TVA de 82 milliards de F CFA ont été apurés au 31 décembre 2017, contre 56 milliards en 2016.

Par ailleurs, selon le ministre des Finances, la loi des Finances 2018 a prévu l’allègement des procédures de remboursement de la TVA aux entreprises citoyennes sans contrôle de validation préalable.

Alamine Ousmane Mey a par ailleurs indiqué que l’audit de la dette commerciale permettra de déterminer le montant des créances des PME sur l’État avant de mettre en œuvre la Stratégie nationale de la finance inclusive, en intégrant les contributions de tous les acteurs du financier.

Pour sa part, le ministre en charge des PME, Laurent Serge Etoundi Ngoa, le renforcement des capacités de financement de la camerounaise des PME et la création en son sein du Fonds de garantie devraient contribuer améliorer l‘accès des PME aux financements de long terme.

M.E.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

15 + 17 =