Cameroun-Crise anglophone : Paul Atanga Nji  demande aux  forces vives  de travailler  au retour  de l’ordre

Le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji, boucle cette fin de semaine,  sa visite de travail dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Devenu Minat suite au réaménagement gouvernemental du 02 mars 2018, Paul Atanga Nji s’est fait le devoir d’aller sur le terrain prendre la mesure du climat socio-politique dans les 02 régions anglophones du pays sérieusement perturbé par des groupes terroristes et des activistes sécessionnistes depuis novembre 2016.

Dans la région du Nord-Ouest, le Minat  a  transmis  aux forces vives les messages du chef de l’Etat. Respect de la forme du Cameroun, un Etat uni et indivisible. Respect des institutions et des emblèmes de l’Etat. Respect des  forces de défense et de sécurité en charge de la protection des personnes et des biens. A Batibo, arrondissement de la Momo dont le sous-préfet a été kidnappé en février 2018, Paul Atanga Nji a fermement appelé les jeunes hors- la loi  à  sortir de la brousse et à abandonner les pratiques marginales qui  menacent la paix, la sécurité et la sérénité. Pour atteindre des objectifs immédiats, le Minat a engagé les chefs traditionnels et les conducteurs de mototaxis du département  de la Momo  et de la région du Nord-Ouest à jouer leur partition   auprès de l’Etat.

Dans la région du Sud-ouest, les mêmes  préoccupations ont agrémenté le séjour du Minat. Cependant, on a enregistré ici une tonalité plus adaptée à la réalité de la crise dans la région. Les violences ont souvent fait perdre le sommeil aux forces de défense et de sécurité. Nombre de chefs traditionnels ont fui les villages parce qu’intimidés ou menacés par des bandes terroristes et sécessionnistes qui brulent  palais et édifices et tuent gendarmes, militaires, policiers et civils. Paul Atanga Nji a invité tous les chefs traditionnels en difficulté à retourner au village, car, l’Etat s’emploiera à assurer leur sécurité. Il a aussi exhorté toutes les composantes sociales à collaborer  avec  les autorités administratives et les autres démembrements de l’Etat pour reconstruire ce qu’on n’aurait pas dû perdre : la paix, la sécurité et les trésors du vivre ensemble.

A l’issue  d’une séance de travail élargie tenue dans la salle des actes de la Commune de Buea, chef-lieu de la région du Sud-Ouest, le président de la Conférence des chefs traditionnels du Sud-Ouest, V.E. Mukete,  a remis au Minat, Paul Atanga Nji, une motion de soutien et de déférence destinée au président Paul Biya, leur candidat à la présidentielle de 2018.

Jean-Mathias KOUEMEKO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

vingt − 3 =