Cameroun-Parlement : L’Assemblée nationale et le Sénat sont  entrés en session ce vendredi

La séance plénière de début de session  à  l’Assemblée nationale  s’est ouverte, ce 02 mars 2018,  sous la présidence d’Eno Tandjong, doyen d’âge de l’ensemble des députés de l’Assemblée nationale. Tirant  avantage des perturbations enregistrées dans l’environnement socio-politique camerounais depuis novembre 2016, le député de la nation a, dans discours, condamné les actes de violences perpétrés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

De plus, Eno Tandjong n’a pas été tendre  à l’égard  de ces individus   dits « égarés » qui, au nom des principes contraires  à la légalité républicaine, tuent sans compter policiers, gendarmes et militaires. Il a fait un point d’honneur à  la solidarité au sein de la famille des députés et à la protection  de l’intérêt général.  Dans le cours des travaux de la session,  les députés vont procéder à l’élection  des membres du  nouveau bureau de l’Assemblée nationale.

Au Sénat, l’ouverture de la dernière  session de la première législature a été présidée par doyen d’âge, V.E. Mukete. Dans son allocution d’ouverture, il s’est satisfait du  bilan des cinq années de fonctionnement du Sénat et a  invité ses collègues à continuer à travailler avec dévouement, responsabilité et amour de la patrie. La délégation de l’Assemblée nationale à l’ouverture de la session au Sénat était conduite par son  doyen d’âge, Eno Tandjong et celle du gouvernement, par le premier ministre, Philemon Yang.

Il est à noter que les sessions du parlement camerounais ouvertes ce vendredi, se déroulent dans un environnement fortement marqué par la convocation du collège électoral en vue de  l’élection des sénateurs,  le 25 mars 2018, et la recrudescence des actes terroristes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui  ont  abouti, récemment,  à l’enlèvement du sous-préfet de l’arrondissement de Batibo, département de la Momo, région du Nord-Ouest, et du délégué régional des affaires sociales du Nord-Ouest.

J. KOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux − 1 =