Cameroun : le Sénat et l’Assemblée nationale ont leurs nouveaux bureaux

Les travaux des sessions ordinaires de l’Assemblée nationale et du Sénat, pour le mois de mars 2018, se poursuivent respectivement au Palais des verres de Ngoa-Ekelle et au Palais des Congrès de Yaoundé.

A l’Assemblée nationale, sous la conduite du bureau d’âge présidé par le député Eno Tandjong, les élections organisées en vue de  renouveler le Bureau ont porté à nouveau Cavaye Yéguié Djibril à la présidence de  l’auguste chambre. Originaire du département du Mayo Sava, région de l’Extrême-Nord, il occupe les fonctions de Président de l’Assemblée nationale en continu depuis 1992.

Le même scenario a été enregistré au Sénat où le président de la Chambre, Niat Njifenji Marcel, a été reconduit au poste de Président, suite aux élections organisées en séance plénière sous la présidence du  doyen d’âge V.E. Mukete. Le président réélu du Sénat est un fils du département du Ndé, région de l’Ouest.  Premier président du Sénat au Cameroun, il est en poste depuis 2013.

A l’Assemblée nationale et au Sénat, les deux hommes  réélus aux perchoirs ont  coordonné la mise en place des commissions spécialisées et la désignation de leurs différents présidents.

Vendredi dernier, le discours du doyen d’âge  de l’Assemblée nationale, Eno Tandjong,  a condamné tous les actes de violences perpétrés par les sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. A la même occasion,  au Sénat, le doyen d’âge, V.E. Mukete, a exhorté ses pairs à être responsables, patriotes et vigilants.

L’ouverture des sessions ordinaires du parlement précède de quelques heures seulement le réaménagement gouvernemental opéré par le président Paul Biya, le même vendredi, 02 mars 2018 en soirée. Pour la première fois au Cameroun, une Anglophone, la nommée Nalova Lyonga Egbe, est désignée à la tête d’un ministère en charge de l’éducation (ministère des enseignements secondaires). Dans le même sillage, un autre anglophone, Atanga Nji Paul, est nommé à la tête d’un ministère de souveraineté (ministère de l’Administration territoriale).

Le ministère de la décentralisation et du développement local a été aussi créé.  Ces décisions du président Paul Biya renseignent à suffisance sur le contexte dans lequel le Cameroun évolue depuis novembre 2016, notamment les menaces qui pèsent sur la sécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et un appel pressant à l’accélération de la mise en place de la décentralisation au Cameroun.

J.KOMA

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

seize + dix-huit =