Cameroun – Sénatoriales : élections le 25 mars 2018

Le chef de l’État Paul Biya a signé ce mercredi 7 février 2018 un décret portant convocation du collège électoral pour l’élection des sénateurs le dimanche 25 mars 2018. Ces élections auxquelles prendront part les conseillers municipaux se tiendront dans les chefs-lieux de département. Ledit décret précise que les bureaux de vote seront ouverts de 8 H à 18 H.

En convoquant ainsi le collège électoral pour les sénatoriales, Paul Biya inaugure ainsi une série qui devrait se poursuivre avec les municipales, les législatives et la présidentielle. Dans son adresse à la Nation le 31 décembre dernier, le chef de l’État avait annoncé que l’année 2018 serait une année électorale.

Les observateurs relèvent dans la démarche du président Paul Biya la volonté de respecter la loi. En effet, le mandat des sénateurs est de cinq ans. Les premières élections sénatoriales ayant eu lieu le 14 avril 2013, et, conformément à l’article 216 du code électoral camerounais qui prescrit que l’élection des sénateurs intervient 40 jours au plus tard avant l’expiration du mandat des sénateurs en fonction, il devenait donc nécessaire de tenir les élections le 4 avril au plus tard. En clair, en ce qui concerne les délais pour la convocation du collège électoral, la loi a été scrupuleusement respectée.

La classe politique camerounaise ne semble pas surprise par cette convocation du collège électoral. Par contre, certains acteurs politiques estiment qu’il aurait fallu d’abord organiser les municipales, puis les régionales, avant d’en venir aux sénatoriales. Ils estiment qu’en convoquant un collège électoral composé très majoritairement des conseillers du RDPC, le parti au pouvoir, les autres partis sont défavorisés.

Le sénat camerounais, une institution prévue dans la Constitution de 1996 et effectivement mise en place en 2013, comporte en principe 100 membres, à raison de 10 par région. 70 d’entre eux sont élus au suffrage universel indirect. Les 30 restants sont désignés par le président de la République. Il représente les collectivités territoriales décentralisées. La chambre haute du parlement est actuellement dominée par le RDPC qui y a placé 56 sénateurs sur les 70 élus, contre 14 au SDF.

Moane Ehindi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

10 + sept =