Nord-Ouest et Sud-Ouest. Paul Biya instruit la réinstallation des autorités administratives

Ces fonctionnaires de la préfectorale auraient abandonné leurs postes suite aux menaces et enlèvements de plus en plus fréquents.

Olivier BOKALE

Quinze sous-préfets, adjoints préfectoraux et adjoints d’arrondissements ont, du fait de l’insécurité montante dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest abandonné leurs postes de travail. L’information est révélée par une note confidentielle du secrétaire général de la présidence de la République (Sg/Pr) adressée au ministre de l’Administration territoriale (Minat). Selon ce document frappé du sceau de la confidentialité, huit sous-préfets sont concernés dans deux départements de la région du Nord-Ouest et sept dans quatre départements Sud-Ouest.

La correspondance signée de Ferdinand Ngoh Ngoh le 7 septembre avec pour objet «réinstallation des autorités administratives dans les arrondissements du Nord-Ouest et du Sud-Ouest » demande au Minat, « sur très haute instruction du chef de l’Etat », de « bien vouloir procéder, en présence des représentants du Mindef, du Sed, de la Dgsn, de la Dgre, à la réinstallation, au plus tard, le 10 septembre 2018, des autorités administratives des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest qui ont dû quitter leurs postes pour causes d’insécurité».

Seulement le délai d’exécution de l’instruction du Sg/Pr n’a pas été respectée puisque ce 10 septembre, le Minat a plutôt procédé à l’ouverture de la première conférence des gouverneurs des régions [l’exercice 2018] à Yaoundé. Rencontre au cours de laquelle, il a notamment déclaré en ce qui concerne les deux régions anglophones que les exactions des sécessionnistes sont perpétrées par des Camerounais égarés, soutenus par d’autres de la diaspora. Le report de cette instruction peut également tirer son sens d’un extrait de la correspondance suscitée qui précise que le chronogramme de cette activité de réinstallation doit être arrêté après concertation avec le Mindef, le Sed, le Dgsn et le Dgre.

Certains des responsables cités étaient présents à l’ouverture de la grand-messe des gouverneurs. Les autorités administratives visées par la correspondance du Sg/Pr auraient abandonné leurs postes suite aux menaces et enlèvements de plus en plus fréquents. Dans le Nord-Ouest, Derek Nwanjo Lokombe, le sous-préfet de Menchum Valley a été enlevé le 04 août dernier, par des hommes armés sur l’axe Wum-Bamenda, puis miraculeusement libéré deux jours plus tard. Son homologue, Oscar Agyp Bame, sous-préfet de Misaje a eu moins de chance. Kidnappé le 12 août, il est décédé au Banso Baptist Hospital à Kumbo le lendemain des suites de ses blessures. Il avait été touché par balles dans une attaque des groupes armés sécessionnistes alors qu’il tentait de se défendre avec une arme à feu, le « chef de terre » avait été atteint de plusieurs balles. Le même sort a été réservé à Marcel Namata Diteng, sous-préfet de Batibo. Enlevé le 11 février dernier alors qu’il supervisait les derniers préparatifs de la parade de la fête de la jeunesse, l’annonce de son décès sera rendue publique quelques jours plus tard. C’était le crime inaugural des sécessionnistes contre les autorités administratives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

17 − un =