Production du matériel électoral. Les assurances de la Sopecam

En prélude à l’organisation du scrutin présidentiel d’octobre prochain, le processus de production des bulletins de vote et de campagne est en marche au sein de cette imprimerie à capitaux publics.

Olivier BOKALE

Tout est fin prêt à la Société de presse et d’éditions du Cameroun (Sopecam). Cette entreprise fait partie des principaux partenaires d’Elections Cameroon (Elecam). Du moins pour ce qui est de la production des supports imprimés destinés à l’organisation des élections au Cameroun. « La relation entre la Sopecam et Elecam est une vieille. Toutes les échéances électorales dans le passé ont été couvertes par la Sopecam dans le cadre de la production du matériel électoral, notamment, les bulletins de campagne, les bulletins de vote, les rapports… », explique Claude Ignace Ozela, directeur de la production à la Sopecam. Et pour le scrutin présidentiel qui pointe à l’horizon, la maison d’édition dirigée par Marie Claire Nana n’a pas dérogé à la règle. L’entreprise vient de lancer le processus de fabrication des bulletins de campagne et des bulletins de vote. De source interne à l’entreprise, Elecam, l’organisme en charge de l’organisation des consultations électorales et référendaires au Cameroun, a déjà commencé à fournir du papier nécessaire à l’impression de ces documents.

Claude Ignace Ozela qui confirme cette information soutient que les équipements de la Sopécam sont à jour. « Nous n’attendons plus que le passage des différents candidats pour avoir les éléments concrets pour pouvoir monter les bulletins et les mettre à la production », explique le directeur de la production à la Sopecam. Au stade actuel, les équipe de la Sopecam attendent simplement que les candidats en lice pour le scrutin du 7octobre prochain, aillent déposer leurs logos officiels et tous les éléments qui entrent dans la fabrication du matériel électoral. « Les candidats devront déposer ces documents le plus tôt possible. Car c’est de la réception de ces éléments que dépend le début de la fabrication du matériel électoral et nous avons un délai pour fournir ledit matériel à Elecam », précise-t-on à la Sopecam.

D’ailleurs, certains partis politiques se sont déjà conformés à cette exigence qui consiste à faire valider les éléments qui entrent dans la fabrication des bulletins de campagne et de vote. En effet selon la réglementation en vigueur, il est demandé aux différents candidats de se rendre à la Sopecam, pour la « confirmation de la couleur, du sigle et du titre choisis pour l’impression de leurs bulletins de vote et de campagne ». C’est le cas par exemple de Garga Haman Adji, le porte-étendard de l’Alliance pour la démocratie et le développement (ADD). Les éléments du candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), Paul Biya ont également été mis à la disposition de la Sopécam. Ils ont été acheminés depuis le 16 août 2018 auprès de cette imprimerie à capitaux publics, sous les bons soins de Jean Fabien Monkam Nitcheu, conseiller auprès du secrétariat général du Comité central du RDPC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

un + 15 =