Union Européenne – Union Africaine : Le Président Paul Biya au sommet de Bruxelles

Invité par Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, et José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, Paul Biya, le chef de l’État camerounais, a pris part au 4e Sommet des Chefs d’État et de gouvernement, Union Européenne-Afrique, du 2 au 3 avril 2014 à Bruxelles en Belgique.

«Investir pour les personnes dans la prospérité et la paix», tel était le thème de ce sommet auquel environ 90 délégations ont pris part. La rencontre de Bruxelles avait l’ambition de refléter l’évolution des relations entre l’UE et l’UA au cours de ces dernières années, mettre en lumière les résultats auxquels le partenariat entre ces deux entités a permis d’aboutir et, surtout, de définir la coopération pour les années à venir.
D’excellentes relations de coopération

L’on s’attendait à ce que les Accords de partenariat économique soient au cœur des discussions entre partenaires européens et africains. À cet effet, selon la déclaration publiée à l’issue du sommet de Bruxelles, « les deux parties devraient poursuivre leurs négociations sur les APE en utilisant toutes les possibilités de conclure des APE orientés vers le développement et compatibles avec l’OMC, qui soutiennent l’intégration africaine, la transformation économique et l’industrialisation, et assurent la prospérité des nations au profit des deux continents ».

Pour sa part, le Cameroun s’est engagé à signer les APE. Ce qui devrait contribuer à renforcer des relations de coopération qualifiées d’excellentes par les autorités de Yaoundé. La capitale camerounaise a en effet abrité en 1963 et 1969 la signature des deux premières Conventions d’association liant les ex-colonies françaises à la Communauté économique européenne (CEE).

Par ailleurs, plus de 60% du commerce extérieur du Cameroun est réalisé avec l’Union européenne qui se présente par ailleurs comme le premier partenaire au développement du Cameroun, grâce au Fonds européen de Développement (FED). En effet, dans le cadre du 11e FED adopté par l’UE en 2012, près de 280 millions d’euros (environ 184 milliards de Francs CFA) seront alloués au Cameroun pour la période 2013-2020.

Mais, du fait de l’actualité, les travaux de Bruxelles ont surtout été dominés par les questions de paix et de sécurité dans le continent africain, notamment en ce qui concerne la République centrafricaine (RCA).
La voix du Cameroun

Le séjour du président Paul Biya dans la capitale belge a été marqué par deux interventions dans lesquelles il a fait entendre la voix du Cameroun, une audience avec la présidente de transition de RCA et de nombreux contacts informels.

Dans sa première intervention, Paul Biya a éclairé l’auditoire sur la gravité de la situation en RCA et l’urgence d’une solution internationale globale et concertée. Soucieux du rétablissement de la paix, de l’ordre et de la sécurité en Centrafrique, il a convié tous ceux qui ont fait des promesses sur l’aide financière, humanitaire et sécuritaire à les tenir. Il a par la suite demandé que la Misca soit transformée en une opération onusienne de maintien de la paix de grande ampleur, avec plus d’effectifs et plus de moyens.

Dans sa deuxième intervention, le président Paul Biya a rendu hommage aux Nations-Unies, à la France, aux pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) pour leur action en vue de mettre fin à la crise en RCA, ainsi qu’à l’UE pour son soutien au Cameroun qui doit faire face à l’afflux des réfugiés venus de Centrafrique. Il a fait une analyse des causes de cette crise, à savoir l’extrême pauvreté, qui constitue un terreau fertile pour les mouvements extrémistes. Le chef de l’État camerounais a prescrit une lutte acharnée contre la pauvreté, la prolifération des armes légères, l’action des réseaux de blanchiment d’argent et de trafic de drogue pour conjurer l’insécurité.

S’agissant des consultations informelles, le président Paul Biya a échangé avec les présidents François Hollande de France, Goodluck Jonathan du Nigeria, Ali Bongo du Gabon et Idriss Deby Itno du Tchad.

À l’issue du sommet de Bruxelles, l’UE et l’UA se sont accordées sur l’importance et la nécessité du renforcement de la paix, de la sécurité et de la coopération pour les deux continents.

Marc OMBOUI
Cameroon Report

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

dix-huit + cinq =