Social Democratic Front. Joshua Osih vivement critiqué par ses camarades

Suite à sa « mauvaise performance » à la présidentielle 2018, le Comité exécutif régional de ce parti en Allemagne exige la démission de Joshua Osih de son poste de 1er vice-président national.

Olivier BOKALE

Un climat de tension prévaut au sein du Social Démocratic Front (SCF). Les mauvais résultats enregistrés dans plusieurs bureaux de vote par Joshua Osih, le porte-étendard de ce parti à la présidentielle du 07 octobre dernier, fait des vagues. Cette formation politique considérée jusque-là comme étant le leader de l’opposition camerounaise au regard du nombre d’élus locaux et des précédents scores réalisés à la présidentielle, est au bord de l’implosion. Le premier front a d’ailleurs été ouvert par le Comité exécutif régional du SDF en Allemagne. Au détour d’une déclaration signée le 9 octobre 2018 par son président, ce comité déplore le bilan catastrophique de la participation de leur porte-fanion à ladite consultation électorale, avant d’envisager une série de mesures fortes pour redorer le blason du « parti de la balance ». Une sortie qui indique le courroux de quelques militants et sympathisants qui avaient vu en Joshua Osih l’homme de la situation, après les échecs répétés du Chairman Ni John Fru Ndi qu’ils invitaient à passer le témoin aux jeunes, « plus porteurs d’espoir ». « Pour préserver la crédibilité politique du parti, le grand héritage historique de ses nombreux militants et la mémoire des martyrs du 26 mai 1990 (date de lancement du SDF à Bamenda), SDF Germany (Allemagne) propose au Comité exécutif national » quatre mesures à prendre.

La première vise à « opérer une autopsie froide des causes endogènes et exogènes de notre échec », alors que la seconde tient à « engager immédiatement des consultations de la base à la plus grande instance qu’est la Convention nationale (congrès) en vue de matérialiser une véritable refondation et rénovation du parti ». Quant à la troisième, elle entend « amener l’honorable Joshua Osih à assumer toutes les conséquences politique et personnelle qui s’imposent en facilitant sa démission au poste de 1er vice-président national du SDF ».

Sur ce dernier point, tout laisse croire qu’après cette contre-performance, Joshua Osih serait devenu « persona non grata » au niveau du Comité exécutif national (NEC), l’instance dirigeante du SDF où son mandat de quatre ans n’a commencé qu’en février 2018. Les conclusions de la déclaration signée du président du Comité exécutif régional du SDF en Allemagne, Jean Robert Wanko, interviennent après l’évaluation en interne de la dernière présidentielle au Cameroun. « A la suite de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, nous constatons tous que le SDF n’a pas atteint ses objectifs. SDF Germany réaffirme son soutien au président national le Chairman Ni John Fru Ndi dans son processus de rajeunissement de l’élite dirigeante du parti qui a rendu possible la candidature de l’honorable Joshua Osih comme le porte flambeau du SDF à l’élection présidentielle », lit-on. On attend donc de voir comment le Nec appréciera la suggestion de ses militants établis en terre allemande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

trois × 2 =