Financement de la Santé. Plus de 8 milliards pour booster l’offre des banques de sang

Le mémorandum d’entente signé entre l’autorité tutélaire du secteur de la santé au Cameroun et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 16 août vise entre autres l’acquisition de réactifs et consommables.

Olivier BOKALE

Le Cameroun n’a pu collecter que 91.047 poches de sang en 2017. Selon les chiffres du ministère camerounais de la Santé publique (Minsante), cette offre est largement inférieure à la demande annuelle du pays. Laquelle est estimée à plus de 400.000 poches d’après les statistiques officielles. En valeur relative, le Cameroun couvre à peine 23% des besoins en poches de sang. Par ailleurs, 2% seulement de cette proportion proviennent des donneurs volontaires précise le Programme national de transfusion sanguine (PNTS). En vue de renforcer le système d’approvisionnement en produits sanguins suffisants, un protocole d’entente a été signé le 16 août dernier entre le ministre de la Santé publique, André Mama Fouda et le Dr Phanuel Habimana, représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) au Cameroun. Le protocole d’une valeur de 8,715 milliards de FCFA porte sur la fourniture par l’OMS de services comprenant la fourniture d’équipements médico-techniques de laboratoire, d’équipement non médical, l’acquisition de réactifs et consommables, le renforcement des capacités des ressources humaines et l’assistance technique au projet de renforcement du système national de transfusion sanguine au Cameroun.

En marge de ces services, le projet comprend la construction et l’équipement d’un Centre national de référence en transfusion sanguine qui couvrira les régions du Centre et du Sud ; et d’un Centre régional pour la région de l’Est. De plus, trois centres interrégionaux seront construits dont le premier couvrira les régions du Nord, de l’Extrême- Nord et de l’Adamaoua ; le deuxième les régions du Littoral et du Sud-Ouest et le troisième couvrira les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest. Selon l’Oms, le projet dont l’objectif final est de « contribuer à la réduction de la mortalité et de la morbidité liées à l’absence du sang sécurisé [bénéficiera à] 11.726.852 d’habitants ».

A travers ces différentes structures, « il sera donc question d’amener les Camerounais à avoir la culture du don de sang, à s’organiser au sein de leurs cercles respectifs afin qu’il y ait des donneurs réguliers », explique-t-on au Minsante. L’investissement nécessaire pour l’implémentation de cette initiative est évalué à 18 milliards de FCFA. Et le projet est financé, sous forme de prêt, par la Banque islamique de développement. Interviewée par nos confrères de Cameroon Tribune, le Dr Appolonie Noah Owona, secrétaire permanent du PNTS, précise : « Les travaux pourront commencer en cette année 2018 et leur réalisation durera quatre ans.  »

One Reply to “Financement de la Santé. Plus de 8 milliards pour booster l’offre des banques de sang”

  1. Très belle initiative. Nous avons là un réel problème qui mine notre société. Beaucoup de personnes meurent dans nos hopitaux car elles manquent de quantités suffisantes de poches de sang qui renforceraient leur capacités de récupération.

    Dans une telle initiave, et notamment pour les services qui interviendront dans les opérations quotidiennes, il serait judicieux de faire appel à des professionnels qui ont une réelle maitrise de leur métier. En misant sur une compétence locale, beaucoup d’économies peuvent être réalisées. La plateforme de professionnels http://www.bmeet.co peut être très intéréssante dans ce sens. Car elle permet quelque soit le besoin, d’entrer en contact avec les professionnels les plus adaptés en formation pour le renforcement des capacités des ressources humaines ou alors l’assistance technique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

2 × cinq =