Attaque sécessionniste dans le Sud-Ouest. Le convoi du ministre chargé de la Défense à Kumba

Il était porteur ce jeudi 12 juillet au petit matin, alors qu’il décollait de la Base aérienne 101 de Yaoundé, d’un message d’encouragement et de félicitations du Chef de l’Etat adressé aux troupes déployées dans la zone crisogène du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Et entre deux étapes en tout début de ce périple, plus précisément au lieu-dit « Small Ekombè » à quatre kilomètres de Kumba, le convoi du Mindef va être doublement pris pour cible.

Charles ABEGA

Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la Présidence de la République chargé de la Défense, tout l’Etat-major de l’armée camerounaise, des autorités administratives et plusieurs journalistes, tous alors répartis dans une trentaine de véhicules, sont tombés dans une embuscade à eux tendue par des assaillants lourdement armés, se revendiquant de la milice séparatiste.

Tout avait pourtant bien commencé pour toute cette équipée qui a quitté l’aéroport militaire de Yaoundé aux premières heures de la matinée, à bord d’un MA 60 de l’armée en direction de la Base aérienne 201 de Douala. De cette halte, tout le monde prendra place dans trois hélicoptères qui mettent le cap sur la ville de Kumba dans la région du Sud-Ouest. Il y aura une première rencontre du Mindef avec ses troupes au détachement local du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR). Le chef du département ministériel décidera ensuite de joindre un poste avancé du même corps d’élite, à « Small Ekombè », à 7 km du centre-ville de Kumba, sur l’axe Kumba-Ekondo Titti. C’est alors qu’après avoir fait un peu plus de la moitié du parcours, le convoi sera obligé de s’arrêter à cause de barricades érigées sur la route. Et là, tout ira très vite. Le convoi est pris d’assaut par une multitude d’individus qui « allument » sans retenue aucune, la trentaine de véhicules constituant le convoi. Les civils sont littéralement plaqués aux planchers des voitures, tandis que les éléments des Forces de Défense encadrant l’expédition vont riposter et repousser les assaillants. Le Mindef et sa suite atteindront ainsi le poste avancé sous le feu nourri des armes de ces brigands. Et après la séance de travail, le chemin du retour connaîtra exactement un scénario identique à celui de l’aller, sur le même tronçon. Malheureusement, les éléments des Forces de Défense, un peu plus avisés, se chargeront de neutraliser cette attaque, faisant de nombreux morts chez les assaillants. Tout ce beau monde regagnera Douala en fin d’après-midi, et les légers blessés seront pris en charge à l’hôpital militaire de Bonanjo à Douala.

Joseph Beti Assomo trouvera tout de même malgré ces incidents, les mots justes pour traduire et transmettre aux hommes du front l’important et chaleureux message présidentiel. Un message qui remobilise malgré les campagnes de déstabilisation initiées contre le gouvernement et son armée, un message d’encouragement et de félicitation pour tout le professionnalisme de cette armée plusieurs fois mise à l’épreuve par des forces obscurantistes aux motivations troubles, sur divers théâtres d’opérations de notre territoire.

Le périple se poursuivra ce vendredi sur le Nord-Ouest, où d’autres fils de la Nation, seront certainement heureux de recevoir le représentant personnel du Chef supérieur des Armées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux × un =