Cameroun : Le Pr Ivo Leke Tambo est libre

La nouvelle circulait déjà dans les réseaux sociaux en fin de journée. Dans le journal parlé de 19H (en langue anglaise) du poste national de la CRTV, elle a été confirmée. Le Pr Ivo Leke Tambo a été libéré ce jour dans son Lebialem natal (région du Sud-ouest) par ses ravisseurs.

Le gouverneur de la région du Sud-ouest, Bernard Okalia Bilai, qui donne l’information, se contente de remercier tous ceux et toutes celles, notamment les chefs traditionnels, qui ont œuvré pour sa libération.  Il a par la suite annoncé que le Pr Ivo Leke Tambo était en route pour Yaoundé où il devrait rencontrer certaines hautes autorités de l’État.

Le Pr Ivo Leke Tambo, PCA du General Certicate of Education (GCE) Board a été enlevé le 17 mars dernier dans une localité du département du Lebialem alors qu’il se rendait à une manifestation organisée par M. Paul Tasong, nommé ministre délégué au ministère de l’Économie, de la planification et de l’aménagement du Territoire lors du réaménagement ministériel du 2 mars 2018.

Les photos et les vidéos de ce kidnapping revendiqué par un groupe armé proche d’un mouvement sécessionniste ont fait le tour du monde à travers les réseaux sociaux. On pouvait ainsi voir, dénudé et assis à même le sol dans la broussaille, le Pr Leke Tambo.

Si l’enlèvement des personnalités commence à être intégré comme un mode d’action des terroristes, c’est la première fois qu’on assiste à un kidnapping aussi massif et spectaculaire.

Au lendemain de ce kidnapping, certaines sources ont fait état de la revendication par les auteurs du kidnapping d’une rançon de 100 millions de F CFA. Ce qui, croit-on savoir, ne participe pas jusqu’ici des méthodes des sécessionnistes qui mettent tout en œuvre (blocus de l’école, opérations villes-mortes, assassinat, kidnapping) depuis plusieurs mois maintenant pour obtenir la scission des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Si la libération du Pr Ivo Leke Tambo est confirmée et accueillie avec soulagement, rien, par contre, n’a été dit au sujet de la trentaine d’étudiants de l’université de Dschang kidnappés ce même 17 mars dans la même localité probablement par les mêmes individus.

Marc OMBOUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

dix-huit + 7 =