Période post-électorale. Le gouverneur du Littoral appelle à la modération

Jeudi dernier face à la presse à Douala, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua a insisté sur l’importance de la presse pour le maintien de la paix en cette période post-électorale.

Charles ABEGA

Jeudi 25 octobre dernier, dans les services du gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, patron de l’unité administrative, a procédé à une mise au point avec les hommes de médias couvrant son unité de commandement et notamment la ville de Douala, capitale économique et objet de toutes les convoitises. Il ne faut surtout pas que la déstabilisation passe par les médias qui se doivent d’être « des ambassadeurs de la paix. » Le gouverneur fait référence aux multiples appels à la sédition, initiés par des leaders politiques aigris et aux motivations plutôt viciées. Il est donc question pour ces différents organes de presse, de faire montre de tout leur professionnalisme et de rester extrêmement vigilants afin que ces messages de haine et de discorde ne trouvent pas de relais favorables auprès d’eux.

Les mots du patron de la région ne sont nullement des instructions adressées à des collaborateurs et encore moins des directives faites à quelques administrés, mais bien un discours dans lequel on peut saisir tout le respect que l’administrateur donne à la totale liberté d’expression de ceux que l’on baptise le quatrième pouvoir. Puisque tout en félicitant et en remerciant les uns et les autres pour l’excellente couverture du scrutin présidentiel dernier dans la région du Littoral, il a tenu ces propos « Nous avons la liberté d’expression au Cameroun, nous la protégeons. Mais personne n’est libre de dénigrer l’autre, d’insulter, de mépriser ou de stigmatiser l’autre. Faisons très attention. La vie ne s’achète pas dans une boutique. » En d’autres mots, prenons la peine de peser et de soupeser plus d’une fois, tous les contenus à diffuser, sans partialité et sans toutefois faire dans la course au scoop. Il faut par la même occasion, revoir les profils des différents invités et intervenants aux diverses émissions radio et télé, pour prévenir tout dérapage verbal à l’antenne. « La cité économique, est le poumon de la nation. Et personne ne doit être à l’origine d’un quelconque déclenchement du désordre dans la région ». Voilà par exemple un autre extrait de la déclaration du gouverneur, pour permettre de mesurer la gravité de la situation.

Par cet acte de communication, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua a tenu sur un ton doux, redire aux différents acteurs du secteur, la résolution ferme qui est celle de l’Etat à maintenir la paix et la stabilité au Cameroun par tous les moyens, mais que la contribution de tous était souhaitée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

dix-neuf + vingt =