L’excellence gastronomique. Un élément d’attractivité pour la destination Cameroun

La 19e session du Conseil National du Tourisme s’est tenue mardi 4 décembre dernier dans les services du Premier ministre, chef du gouvernement. Au centre des travaux, la forte volonté de faire des trésors gastronomiques nationaux, des instruments d’attractivité forts persuasifs pour booster l’activité touristique camerounaise.

Charles ABEGA

Sous la présidence du maître de céans Philémon Yang, les participants à cette session du Conseil National du Tourisme (CNT) n’ont pas eu la moindre minute pour se tourner les pouces. À l’ordre du jour et sous le thème « l’excellence gastronomique camerounaise comme élément d’attractivité de notre destination », trois points majeurs :

  • Le compte rendu de la mise en œuvre des recommandations et résolutions issues de la 18ème session ;
  • L’exposé du ministre de l’Agriculture et du Développement rural sur « les enjeux agro-pastoraux du tourisme gastronomique» ;
  • La présentation de la présidente de la Chaine des restaurateurs pour la promotion de la cuisine camerounaise.

Une fois le propos liminaire du Premier ministre achevé, le secrétaire permanent du Conseil national du Tourisme a rendu compte du niveau de mise en œuvre des recommandations adoptées au cours de la dix-huitième session. L’on apprendra par ce compte-rendu qu’il y a une intensification progressive des actions menées par les différents acteurs dans des secteurs tels que le contrôle systématique des établissements de tourisme dans le but de vérifier la conformité de l’exploitation avec les normes en vigueur, et la vulgarisation des informations à travers l’édition du répertoire des évènements culturels du Cameroun. Il a été souligné entre autres que les collectivités locales ont bénéficié d’importantes dotations pour l’aménagement de divers sites et la conduite d’initiatives à vocation culturelle et patrimoniale. Par ailleurs, des mesures importantes ont été engagées dans l’optique de l’amélioration de la qualité de l’offre en ce qui concerne le transport urbain et ferroviaire.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural (Minader) a ensuite livré au Conseil, un exposé porté essentiellement sur les enjeux agropastoraux du tourisme gastronomique. Il a présenté comme ingrédients inévitables pour donner un coup de fouet à l’activité touristique camerounaise, la diversité des denrées agricoles, pastorales, aquacoles et halieutiques produites au Cameroun ainsi que la cuisine qui en résulte. Le Minader a en outre préconisé un ensemble d’actions susceptibles de contribuer à la promotion de l’agrotourisme dans notre pays. Il s’agit, entre autres, de l’approvisionnement des restaurateurs en produits et ingrédients divers, l’organisation des foires exposition-vente des denrées agricoles et agroalimentaires, l’élaboration et la protection des indications géographiques des aliments.

À la suite du Minader, la présidente de la chaîne des restaurateurs pour la promotion de la cuisine camerounaise a fait le point sur le développement des produits culinaires innovants et spécifiques. Après une évocation des principales chères qui émanent des diverses aires culturelles, l’oratrice a mis l’accent sur l’identification des éléments qui fondent la particularité des habitudes alimentaires locales. Son propos s’est achevé sur un panorama des évènements qui concourent à la vulgarisation des spécialités gastronomiques du terroir.

Globalement, les échanges subséquents ont permis aux participants d’aborder diverses problématiques liées au développement de l’industrie touristique, notamment la protection et la promotion du patrimoine matériel et immatériel ainsi que du label « made in Cameroon ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

dix-sept − 3 =