Obsèques officielles pour Kadji Defosso. Hommage du Chef de l’État à un compatriote méritant

Le jeudi 13 septembre, le Président de la République a décrété des obsèques officielles pour l’un des plus grands industriels que le Cameroun ait connu.

Charles ABEGA

Décédé dans la nuit du 22 au 23 août 2018, en Afrique du Sud, à l’âge de 95 ans, l’industriel camerounais aura l’hommage de la République, avec des obsèques officielles. Le Chef de l’Etat y sera représenté par Marcel Niat Njifenji, Président du Sénat. Des obsèques qui ont démarré depuis le 12 septembre 2018 et qui prendront donc fin le 15 septembre à Bana, son village natal, dans la région de l’Ouest du Cameroun.

Kadji Defosso en quelques mots

Même s’il tient majoritairement sa notoriété de l’entreprise brassicole qu’il baptisa Union Camerounaise des Brasseries (UCB), essentiellement à capitaux nationaux qu’il lança en 1972, le natif de Bana par Bafang trônait sur un véritable empire industriel et financier qui va chercher dans des domaines aussi divers que variés, de l’immobilier à l’agroalimentaire, en passant par la minoterie, les assurances, la production industrielle, l’hôtellerie, la formation sportive, etc. Il serait donc le tout premier Africain à s’être lancé dans l’industrie brassicole, et à avoir résisté pendant des décennies face à des multinationales plus conquérantes, venues de l’Occident. Dans le domaine brassicole où il s’est fait connaître à travers l’UCB et la Kadji Beer, l’entrepreneur laisse une des brasseries les plus florissantes du pays. L’UCB, dont le capital est passé à 25 milliards de FCFA (44,1 millions de dollars) en 2015, emploie plus de 1000 salariés et produit selon des estimations 500 000 hectolitres de boissons gazeuses et 800 000 hectolitres de bière par mois.

D’ailleurs aujourd’hui, UCB a donné naissance à une académie sportive qui contribue éminemment au rayonnement du sport camerounais et continental, la KSA (Kadji Sports Academy) de qui l’on tient un certain Samuel Eto’o Fils, et plusieurs autres coéquipiers de l’équipe nationale à l’instar de Idriss Carlos Kameni, Nicolas Nkoulou et Benjamin Moukandjo.

Entrepreneur de première heure depuis l’indépendance du pays en 1960, Kadji Defosso est un patriarche qui laisse l’une des plus grosses fortunes du pays et même du continent. Selon le magazine Forbes, son empire serait évalué à près de 113 milliards de FCFA, soit 205 millions de dollars. Pour son engagement citoyen, le Président de la République l’a élevé au grade de Grand Officier de l’Ordre national de la Valeur, plus haute distinction du pays. C’était le 20 mai dernier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4 × 3 =