Cameroun – Le mandat du comité de normalisation de la FECAFOOT prorogé pour six mois

C’est l’information rendue publique ce 27 février 2018 à l’issue de la visite à Yaoundé d’une délégation FIFA/CAF. Cette décision de la FIFA et de la CAF intervient vingt-quatre heures seulement avant l’expiration du mandat de six mois qui avait été accordé à l’équipe de Me Dieudonné Happi pour remettre sur les rails la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT).

Les raisons de cette prorogation, croit-on savoir, résident dans le fait que le Comité Happi n’a pas rempli la mission qui lui avait été assignée. On se souvient qu’en plus de gérer les affaires courantes, le Comité de normalisation devait réviser les statuts de la FECAFOOT et procéder à l’élection d’un nouveau bureau exécutif de l’instance faitière du football camerounais.

Mais, en dehors de mettre fin au contrat de Hugo Broos (qui, de toutes les façons prenait fin en ce mois de février) et d’ordonner la remise en place des bureaux régionaux élus avant 2013, le Comité de normalisation n’a fait que très peu parler de lui.

Il est constant que les statuts n’ont pas été révisés et, de la même manière, le bureau exécutif n’a pas été élu. S’agissant de la révision des textes, on n’en pas entendu parler pendant six mois, alors que seuls trois ou quatre points étaient concernés par cette révision. Un travail qui, selon des sources proches des milieux du football, aurait pu être fait en quelques semaines.

Dans une interview accordée à la radio publique camerounaise cette mi-journée, Joseph Antoine Bell, ancien footballeur international camerounais, membre du comité d’organisation de la CAN Cameroun 2019 et prétendant annoncé à la présidence de la FECAFOOT, a affirmé que les textes révisés par le Comité de normalisation avaient été envoyés à Zurich et attendaient d’être retournés à l’expéditeur après approbation.

Par ailleurs, a-t-on appris de l’interview de Joseph Antoine Bell, le Comité de normalisation a initié un audit pour faire la lumière sur la gestion de la FECAFOOT par le précédent bureau exécutif de la Fédération. L’attente des résultats de cet audit serait une des raisons de la prorogation de ce mandat. On parle aussi de la modification de la loi sur le sport qui date de 2011.

Qu’à cela ne tienne, pour de nombreux acteurs du football, cette discipline connait comme une hibernation pendant le mandat du Comité. Et pour un pays qui s’apprête à accueillir la CAN dans juste un peu plus d’un an, cela peut être préjudiciable. Mais est-ce vraiment là la préoccupation de la CAF ou de la FIFA?

Moane Ehindi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux − 2 =