Lions indomptables. Quand on gagne en perdant

Le chantier de la reconstruction d’une équipe nationale à nouveau conquérante et plaisante, et entretenu par Clarence Seedorf, cristallise toutes les attentions des Camerounais depuis trois mois, avec un capital sympathie plutôt en hausse.

Charles ABEGA

Deux défaites en cinq jours dont une paradoxalement enthousiasmante contre le très redoutable Brésil 0-1, c’était mardi 20 novembre en soirée dans la ville de Londres en Angleterre. La rencontre bien qu’amicale, comptait pour la Fifa qui s’en sert pour élaborer ses classements périodiques des sélections nationales. Et après avoir déjà perdu vendredi soir contre le Maroc dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2019 prévu sur son sol, les poulains de Clarence Seedorf et Patrick Kluivert redonnent inéluctablement du sourire à l’ensemble des fans, impatients de retrouver avec leur équipe préférée, le prestige des grands rendez-vous sportifs d’antan. La prochaine Coupe d’Afrique des Nations se présente donc à juste titre comme le challenge majeur par excellence. Et pour en sortir vainqueur et préserver l’acquis du titre dont ils sont détenteurs, il est nécessaire pour les Lions indomptables du Cameroun de se bâtir une âme véritable et une réelle carcasse de prédateur, avide de toujours plus de victoires.

Et depuis l’arrivée du tandem néerlandais aux commandes de la sélection, le bilan sportif est fort encourageant avec une qualité de jeu en nette progression, un rappel des troupes effectif qui donne de saluer l’arrivée dans la tanière de plusieurs jeunes talentueux et ambitieux, sur qui l’on est en droit de fonder beaucoup d’espoir. Contre le Brésil, et après une première mi-temps relativement passive, les footballeurs camerounais se sont plus investis en seconde période. Le pied réellement sur la balle, ils ont obligé les footballeurs Auriverde à reculer, mettant même considérablement à mal la relance propre des joueurs de Tite. Plus disciplinés, les Lions ont fait mieux qu’exister dans cette seconde manche, manquant à deux reprises de trouver le chemin des filets adverses.

Au regard de l’évolution constante du jeu proposé, Clarence Seedorf fait monter clairement la côte de son équipe qui recommence à séduire un public qui lui avait déjà tourné le dos malgré le titre de champion d’Afrique remporté au Gabon en 2017, à cause de l’indiscipline et du piètre spectacle offert pendant les rencontres. Il y a donc des chances que le rendez-vous de juin-juillet 2019 au Cameroun soit l’occasion tant attendu pour la célébration des nouvelles noces entre les Camerounais et leur équipe fanion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

deux × 5 =