Cameroun – Commonwealth : convergence de vues entre Patricia Scotland et Paul Biya sur l’unité du Cameroun

Au cours du toast qu’il a prononcé à l’occasion du déjeuner d’État offert par le couple présidentiel camerounais en l’honneur de Patricia Scotland, la Secrétaire générale du Commonwealth, mardi au palais de l’Unité, le président Paul Biya a réaffirmé sa volonté de sauvegarder l’unité du Cameroun et de combattre les partisans de la sécession.Le discours du président de la République était très attendu, notamment par rapport à la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. Paul Biya a brossé un tableau exhaustif de la situation sécuritaire et économique du Cameroun. Un pays qui a fait face au groupe terroriste Boko Haram dans la région de l’Extrême-Nord. Et alors qu’on croyait ce groupe défait, a relevé le chef de l’exécutif camerounais, voilà qu’un autre front va s’ouvrir dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Paul Biya a procédé à un rapide rappel des événements depuis les revendications corporatistes des avocats et des enseignants anglophones et les mesures prises par le gouvernement pour y répondre et leur donner satisfaction. Il a évoqué la création de la Commission de promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, une institution à laquelle le chef de l’État camerounais semble accorder de l’importance dans la perspective de la résolution de cette crise.

Paul Biya a déploré le fait qu’alors que toutes ces mesures étaient en train d’être mises en œuvre, un groupuscule de terroristes ait choisi ce moment pour mener des actes terroristes, allant jusqu’à assassiner des éléments des forces de sécurité, avec la claire ambition d’aboutir à la partition du Cameroun.

Le chef de l’État camerounais a rappelé que, garant des institutions et en particulier de l’unité nationale, il est de son devoir, de par la Constitution, de maintenir l’ordre et de punir les auteurs de ces actes, tout en persistant à rechercher des solutions susceptibles de renforcer l’unité nationale de son pays.

Pour sa part, Patricia Scotland a, dans sa réponse, relevé le caractère singulier de la relation entre le Cameroun et le Commonwealth. S’agissant de la situation sécuritaire et, notamment, en ce qui concerne la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, a regretté le fait que le Cameroun, connu comme un havre de paix, soit contraint de faire face à ces problèmes sécuritaires. La Secrétaire générale du Commonwealth a promis de tout mettre en œuvre pour que l’unité du Cameroun, membre de son institution, soit préservée. Elle a encouragé les diverses parties prenantes à privilégier le dialogue pour sortir de la crise.

Avant ce déjeuner d’État, la Secrétaire générale du Commonwealth a été reçue en audience par le président Paul Biya et a reçu une distinction honorifique. Par la suite, elle devait des rendez-vous avec le président de l’Assemblée nationale et celui du Sénat.

Moane Ehindi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

18 + 11 =