Cameroun : lancement officiel des travaux de la route Mora-Dabanga-Kousseri

Le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, a officiellement lancé ce 1er mars 2018 à Maroua, les travaux de construction/réhabilitation de la route Mora-Dabanga-Kousseri (212 km) sur la N1, dans la région de l’Extrême-nord. D’un coût de 70 milliards de F CFA, financés par l’État du Cameroun et la Banque mondiale, ces travaux seront effectués par le Génie militaire.

La cérémonie de Maroua a eu lieu notamment en présence des ministres camerounais des Finances, Alamine Ousmane Mey, et de la Défense, Joseph Beti Assomo.

A peine lancés, les travaux de la route Mora-Dabanga-Kousseri, qui avaient été confiés à une entreprise chinoise, ont été interrompus à cause des attaques terroristes attribuées au groupe Boko Haram. Ces attaques, faut-il le rappeler, ont abouti à la prise en otages d’un certain nombre d’ouvriers chinois du chantier. Le chantier de cette route a, à cause de cette situation, pris environ quatre ans de retard.

Pour la reprise des travaux, l’État du Cameroun a dû recourir au génie militaire qui, en plus de disposer d’une expertise dans le domaine du génie civil peut également conduire des missions de sécurité.

Les travaux de réhabilitation de la route Mora-Dabanga-Kousseri ont divisés en trois sections, ainsi qu’il suit :

  • Mora-Waza (62km). Cette section devra subir un renouvellement entier en béton bitumeux, avec une couche de gravier concassé et une base en gravier;
  • Waza-Dabanga (70 km). Ce tronçon devra être complètement assaini. La pose des buses en béton et le traitement des nids de poule sur la chaussée constitueront l’essentiel des travaux;
  • Dabanga-Kousseri (80 km). Cette section se verra entièrement recouverte de béton bitumeux, avec une couche de gravier concassé et une base en gravier.

D’autres travaux sont prévus, notamment le contournement de la ville de Kousseri sur 7 km, la réalisation d’équipements sociaux sur tout la zone du projet: forages, salles de classe et tables-bancs; la construction de deux stations de pesage.

La route qui va ainsi être réhabilitée est d’une importance pour la région de l’Extrême-nord du Cameroun, mais aussi pour le Tchad voisin. C’est en effet par ici que passe l’essentiel des marchandises qui passent vers le Tchad en provenance ou en partance vers le port de Douala.

Moane Ehindi

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

un × 4 =